Notre itinéraire de 3 semaines au Mozambique

Dernier pays de notre tour du monde! Notre itinéraire, nos conseils et tips sur les principaux spots, les transports ou le budget…tout est là!

Un pays-surprise à tous points de vue : déjà, il n’était pas prévu dans notre itinéraire (l’Afrique s’est tapée l’incruste dans notre voyage !!) et surtout ce pays aura su nous charmer dès l’instant où nous avons posé le pied dans le pays.

Voisin oriental de l’Afrique du Sud, le Mozambique ne lui ressemble en rien : c’est une ancienne colonie portugaise où la colonisation, même si elle a laissé des traces visibles, a su se faire suffisamment oublier pour permettre au peuple mozambicain d’affirmer son identité.

Si tu as envie de croiser des dugongs ou des requins baleines dans les eaux translucides de l’océan indien, envie de découvrir des paysages sauvages, qui ne sont pas sans rappeler ceux du Norddeste, au Brésil, entre dunes de sable et vagues de l’océan, c’est bien au Mozambique qu’il faut venir. La destination est connue des amateurs de surf et de plongée sous-marine mais reste très préservée du tourisme de masse et c’est sûrement cela qui nous en a rendu la visite encore plus fascinante.

Enfin c’est l’Afrique, ce continent cher à mon cœur. L’Afrique et les couleurs des capolanas, ces ambiances de musique et de sourires, d’effervescence. Ses chapas (minibus) bondés où l’on se serre à 12, avec quelques animaux et bien trop de sacs ; ces chapas qui démarrent et s’arrêtent au gré des déplacements de chacun…les noix de cajou, l’huile de coco, le bon matapa qui « colle au cœur et au corps », comme dit la chanson. Les villages de pêcheurs, aussi, sur la côte ; les jolies façades colorées des boutiques…je vous en ai dit bien trop ! Venez juger par vous-même !

Quand y aller ?

La 1ère question à se poser est celle de la saison et sans hésiter, privilégier l’hiver austral : mai à septembre/ octobre. Les températures sont douces mais suffisamment chaudes pour pouvoir être en tee-shirt et en maillot de bain ! Pas trop chaud non plus pour ne pas souffrir des températures. Et surtout, la période idéale pour profiter de 2 éléments clé :

  • La saison des baleines qui passent en nombre (vraiment vraiment !!) le long de la côte, à quelques mètres du rivage
  • La saison calme pour éviter les hordes de touristes et notamment des Sud-africains qui envahissent littéralement les plages entre mi-décembre et mi-janvier. Les mozambicains prennent, à leur tour, leurs vacances en janvier donc il y a beaucoup de monde jusqu’en février.

Les transports ?

L’élément le plus difficile à appréhender, au Mozambique, ce sont les transports. Un véritable casse-tête de savoir quelle est la meilleure solution pour se déplacer.

La voiture : il est tout à fait possible d’arriver par la route, d’Afrique du Sud mais sachez tout de même que si vous louez un véhicule en Afrique du Sud, vous pourrez passer la frontière avec, mais il faudra repasser la frontière dans l’autre sens pour restituer le véhicule à son point de départ. Il est impossible, en 2022, de louer un véhicule en Afrique du Sud et de le restituer au Mozambique. Donc louer en ADS est faisable mais, ayez aussi en tête que cela fait perdre du temps.

Il est également bien sûr possible de louer un véhicule directement sur place, au Mozambique, à Maputo.

Une autre option, moins onéreuse, mais souvent décriée car considérée comme la plus dangereuse : les chapas. Ce sont des minibus de 12 personnes environ, lents il faut bien l’avouer, mais à défier toute concurrence en termes de budget. Le chapa a coutume de ne partir que lorsqu’il est plein mais cela reste une alternative très pratique.

Coté sécurité, il nous a donc souvent été dit que c’était très dangereux à cause de la conduite ; de notre expérience, la vitesse étant limitée et les barrages de police nombreux, les chapas ne dépassaient jamais le 80 ou 90 kilomètres / heure…bref, vous l’aurez compris, ça ne nous a guère semblé plus dangereux qu’un bus au Pérou, en Bolivie ou au Vietnam 😉

Pour ne pas perdre trop de temps sur notre séjour, nous avons donc mixé des trajets en chiapas et en taxi privé qui peut s’avérer une bonne alternative selon les trajets.

Je vous laisse d’ailleurs ici le numéro what’s app de notre chauffeur, Fred, qui a son véhicule : +256 84 699 5310

Un conseil, que vous ayez opté pour un chapa ou votre propre véhicule : ne soyez pas sur les routes, la nuit tombée. C’est là que cela devient dangereux ; les routes ne sont pas éclairées, parfois en mauvais état et certains conducteurs en état d’ébriété.

Plage de Vilankulo
Plage de Tofo

Notre itinéraire pour 3 semaines :

Un itinéraire découpé en 6 spots :

  • Maputo : 3 jours (1 jour à l’aller et 2 jours au retour)
  • Tofo : 4 jours
  • Vilankulos : 3 jours
  • Pomene : 2 jours
  • Tofo : 3 jours
  • Inhambané : 1 jour
  • Chidenguele : 2 jours
  • Ponta do Ouro : 3 jours

Nous avons pris notre temps, et c’était top! Ca nous a permis de prendre notre temps et comme nous avons utilisé des transports autonomes, il ne fallait pas moins de temps.

1 étape que nous avons mis de côté :

  • Nous avions prévu d’aller tout au nord du pays à Ilha de Moçambique mais le lieu n’est accessible qu’en avion ; le prix des vols internes est vraiment élevé ; il faut également compter des frais pour aller de l’aéroport sur l’île (2h par la route), et s’y loger. Bref, financièrement, cette étape avait un coût démentiel pour notre bourse.

Autre étape possible qui fait souvent parler d’elle : Inharime et l’hébergement de Dovela. Un paysage de dunes de sable dans une végétation luxuriante, face à l’océan. Ce spot ressemble beaucoup à Pomene et le principal attrait de ce spot réside dans les hébergements dont un en particulier, un écolodge tenu par des Français qui est, semble-t-il, superbe. Si vous avez un peu de budget, ça peut être une chouette étape ; si vous comptez vos sous, privilégiez Pomene où vous ressentirez un peu de cette ambiance dans un cadre tout aussi paradisiaque !

Principaux points d’intérêt ; quelques éléments pour vous aider à choisir :

  • Maputo : il ne s’agit pas d’une jolie capitale, mais, avec sa façade maritime, elle n’est pas non plus désagréable. Profitez des jours de relais pour les transports pour en visiter les points d’intérêt principaux, le marché artisanal, le marché au poisson, quelques bâtiments Gustave Eiffel…
  • Tofo : C’est bien THE spot des surfeurs et des plongeurs! Alors pour ceux qui auraient prévu de tester le surf ou de plonger, c’est ici qu’il faut venir. Idéal également pour aller nager avec les requins baleines ou observer les baleines, en saison.
  • Vilankulo : Superbe village de pêcheurs où les marées vont et viennent reléguant la mer au loin et créant des bancs de sable aux couleurs incroyables ; le point de départ des balades sur l’ile de Bazaruto, un incontournable du Mozambique.
  • Pomene : Il se mérite, ce village du bout du monde, après 2 heures de piste de sable…Véhicule 4×4 indispensable. Mais, pour le coup, quel paradis ! un village qui s’étire sur le littoral, face à l’océan indien ; sûrement le lieu qui nous aura le plus époustouflé par le nombre de baleines et de sauts que nous y aurons vu. Une nature sauvage et tellement préservée…un enchantement !
  • Chidenguele : Changement d’ambiance avec ce spot mi-océan, mi-lac ! Pas de village ici, mais des petits lodges disséminés sur les bords du lac. Un ponton, quelques kayaks ou paddles, un coucher de soleil et le temps qui s’étire délicieusement.
  • Ponta do Ouro : Sûrement l’étape qui nous a le moins plu, dans ce voyage ; en effet, c’est le spot préféré des Sud-africains pour venir passer le week-end car la frontière n’est qu’à quelques kilomètres. L’ambiance y est festive, un peu bruyante (beaucoup de petits véhicules type quads) … bref pas le genre d’ambiance que nous aimons. En revanche, la côte est sublime ; les plages et la végétation magnifiques et que dire des plongées ? Nous y avons vu des poissons incroyables. C’est aussi un lieu réputé pour sa colonie de dauphins sauvages qui y a élu domicile…Bref, ne l’écartez pas trop vite de votre itinéraire !

Le coup de cœur de la family :

Sans réfléchir : Vilankulo et Pomene : toutes ces baleines, ces scènes de pêche, les Dhows, ces embarcations traditionnelles à voile, qui voguent au loin dans les flots…des scènes irréelles de beauté.

Le budget 

Nous avons dépensé, sur place, 200€ / jour à 4 personnes (nos filles avaient 6 et 10 ans, quand nous y étions). Ce prix n’intègre pas un éventuel billet d’avion pour venir sur place ;

Ces 200€ se décomposent comme ceci :

  • Hôtellerie : 42€/ jour
  • Alimentation : 36 €/jour
  • Transports : 39 €/jour
  • Activités (dont 4 plongées par personnes) : 66 €/jour
  • Achats divers : 6 €/jour
  • Visa entrée : 11 €/jour

Sur la base de trajets en mix chiapas et taxi privé ; hébergements en hôtels backpackers et nourriture en mix restos/street food et cuisine en auberge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.